Ce navigateur n'est plus supporté !
Merci de mettre à jour votre navigateur
Menu
LYMPHAUXANO Pr Laurent PASCAL
Etude de l’expression du récepteur CD127 et CD25 dans les syndromes lymphoprolifératifs B matures. Description Le suivi du statut immunitaire est essentiel pour inhiber la cancérogénèse et maintenir l’homéostasie cellulaire. Après une chimiothérapie, il existe une baisse très nette du taux de lymphocytes dans le sang, appelée lymphopénie, qui peut durer dans le temps. D'après la littérature, il parait intéressant de contrer la lymphopénie en augmentant le nombre des lymphocytes par un traitement adjuvant à la chimiothérapie. Si les interleukines semblent une voie d’avenir pour résoudre la lymphopénie après une chimiothérapie, la prudence est nécessaire dans le cas d’hémopathie maligne. En effet, si les lymphocytes tumoraux sont eux-mêmes réceptifs aux interleukines administrées, l’IL7 risque de favoriser leur prolifération.
Afin d’envisager l’IL7 et IL2 comme traitement des lymphopénies dans les hémopathies malignes, il est donc impératif d’évaluer si leurs récepteurs (CD127 et/ou CD25) sont présents à la surface des lymphocytes B pathologiques, caractéristiques des syndromes lymphoprolifératifs B matures (SLP-B).
Concrètement, cette évaluation est possible grâce à la cytométrie de flux, technique d’analyse réalisée en soins courant au GHICL depuis 2005.
En routine, la cytométrie de flux a deux objectifs dans les syndromes lymphoprolifératifs B matures :
- Caractériser la population lymphocytaire B monoclonale pour préciser le diagnostic ;
- Evaluer la quantité de cellules malades résiduelles chez le patient, après un traitement par immunochimiothérapie ou par thérapie ciblée. Cette évaluation est consacrée par l’expression « évaluation de la maladie résiduelle ». C’est à l’occasion de cette évaluation que peut être réalisée l’étude complémentaire sur le CD127 et le CD25.

Cette étude est monocentrique, rétrospective, de type cas-témoins. Les cas correspondent aux patients atteints de SLP-B, pour lesquels une cytométrie en flux est requise en routine ; les témoins sont des patients non porteurs d’hémopathie et vus en consultation d’hématologie standard pour lesquels une cytométrie en flux est nécessaire.

Référent Pr Laurent PASCAL Type d'étude Hors RIPH rétrospective Statut de l'étude Terminée Début du recrutement 10/2019 Fin du recrutement 02/2020 Méthodologie de l'étude MR 004 Financement de l'étude GHICL Référence interne de l'étude RNIPH-2021-08 Services Hématologie clinique Laboratoire de biologie médicale Pathologie étudiée Syndromes lymphoprolifératifs B matures Tranche d'âge étudiée Adulte Participant Patients
keyboard_arrow_up